ATTENTION : CHANGEMENT DE LIEU

Contrairement à ce qui est annoncé dans le programme papier du Petit festival, le spectacle Méduse(s) n'aura pas lieu à La Dérive mais à Trezenvy, à Plougasnou

 

Dans le cadre du Petit festival (Son ar mein) :

 

Mercredi 11 juillet à 22h • Le Lieu, Plougasnou (10/8/1 €)
Méduse(s)
histoire d'une créature inquiétante

Création aérienne, musicale, vidéo
Collectif Aurita

 

Une broderie musicale, cinématographique et aérienne sur le thème du mythe de la Méduse.

 

Nous avons travaillé cette histoire ancienne et ses retentissements sur notre époque contemporaine dans une mise en scène collective, qui prend corps au sein d'un grand portique métallique.

 

Images fantasmagoriques en pellicule super 8, clarinette et clavier fous, trapèze et suspensions,

seront les hôtes de notre voyage commun.

 

 

Avec l'aide et le soutien de la Dérive, de Poul Rodou et du centre culturel An Dour Meur.

Fabriqué dans les murs et sur les planches du camp Dromesko à Rennes et de la gare XP à Paris.

Avec la bienveillance de tous nos regards extérieurs.


Samedi 14 juillet à 20h30

 

Bal trad avec La Talvera, groupe de musique occitan

 

Dans la maison occupée en face du Caplan and CO, à Poulrodou, Guimaëc

 

Petit bal trad improvisé sur le pouce pour se dégourdir les gambettes!

Venez danser!

Ils joueront également le 12 à Lannion et le 13 à Cavan.

 

 

La Talvera, cants e musicas d’Occitania

Depuis ses débuts, le groupe La Talvera explore de fond en comble le répertoire traditionnel occitan, tout en oeuvrant à la création d’un répertoire musical et poétique ancré dans le monde actuel.
Occitane, mais toujours dans une ouverture sur le monde, la musique de La Talvera prend ses racines dans la tradition mais crée des liens dans la contemporanéité en jetant des ponts, d’une génération à l’autre, d’un continent à l’autre, d’un temps à un autre.

Aujourd’hui La Talvera est un groupe, certes, de musique occitane, mais également inclassable et bigarré, ni ragga, ni world, ni exclusivement traditionnel, enrichi de ses multiples rencontres et voyages…

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=mWVN0YotnsY

http://www.youtube.com/watch?v=-m23RBBHTlA

http://talvera.org/


Vendredi 27 juillet à partir de 20h

 

Projection du film Une autre montagne en présence des réalisatrices Anouk Mangeat et Noémi Aubry

 

Dans la maison occupée en face du Caplan and CO, à Poulrodou, Guimaëc

 

Sur les terres de Turquie, un dicton dit « Si un de tes yeux pleure, l’autre ne peut rire ».

A l’est, le Bakur, le Kurdistan de Turquie. A l’est, ce sont les couvre-feux, les blocus, les occupations de l’armée turque. C’est une paix qu’on espère et qui n’arrive jamais. Ce sont des femmes dans les montagnes, qui se lèvent, qui font face, quitte a prendre les armes.

Burcu et Sinem vivent a Istanbul avec cet oeil qui pleure. Elles vont rencontrer Ergül dans un petit village de la région de la Mer Noire, qui a participé aux luttes révolutionnaires de la fin des années 70 étouffées par le coup d’état militaire de 80.

Le temps d’échanger leurs expériences d’organisation de femmes et du çay. Les époques se mêlent et c’est toujours la guerre, la répression et une violence au quotidien contre laquelle elles se soulèvent. Kurdes, meres, féministes. Il y a de la résistance et de la solidarité dans leurs mots, dans leurs pas, dans leurs cris, dans les rythmes qu’elles tapent sur leurs « erbane » (percussions) contre le nationalisme, la guerre, le patriarcat.

C’est Une autre montagne, Başka bir dağ, qu’elles gravissent chaque jour.
Bese, Bese, Bese, Assez assez assez !